Où donner naissance?

v

25/07/2023

Aujourd’hui j’avais à cœur de vous partager les différents espaces de naissance qui s’offrent à vous à l’approche de votre enfantement.

Avant de devenir l’heureuse maman de quatre petits êtres en mouvement, j’avais en tête cette image véhiculée à grande échelle d’une femme donnant naissance à grands cris en position gynécologique, devant un public médical investi d’une mission « POUSSEZ Madame, je vois la tête, alleeeeez on y est, Oui, OUIIII ». Le tout, sous péridurale.

Félicitations Madame, c’est une fille !

Mais et si une autre réalité était possible ? Je vous invite à me suivre pour un petit tour d’horizon de ma Belgique natale en terme de lieu de naissance !

 Naissance physiologique, Quesako?

Actuellement, nous assistons à un mouvement dans l’univers des naissances, un mouvement qui prône un retour à l’essentiel. Les femmes veulent retrouver la maîtrise de leur corps et vivre pleinement leur enfantement, dans leur pleine puissance. Mais qu’est-ce réellement qu’une naissance physiologique ? Je prends souvent le temps de préciser cette notion aux parents que je rencontre, car j’ai remarqué que le terme « physiologique » est souvent utilisé sans véritable compréhension de sa signification.

L’accouchement physiologique est un choix de plus en plus populaire en Belgique. Il privilégie le respect du processus naturel de naissance, sans intervention médicale (excessive). Dans ce type d’accouchement, la femme est encouragée à écouter son corps, à se déplacer librement et à utiliser diverses techniques pour soulager la douleur. Les professionnels de la santé qui accompagnent ces accouchements ont une approche plus holistique, privilégiant le bien-être physique et émotionnel de la mère et du bébé.

Mais peut-on réellement parler respect de la physiologie lors d’une naissance en structure ?

Force est de constater que de nombreux hôpitaux veulent donner une image plus respectueuse des naissances – D’autant plus depuis que la parole s’est libérée autour des violences obstétricales et gynécologiques. Mais que dans les faits, pour tout un tas de raisons organisationnelles et budgétaires, le respect n’est pas toujours au rendez-vous.

Pour bien comprendre, je parlerais de naissance naturelle. Le processus naturel d’une naissance, à l’image des mammifères, est un processus spontané, non assisté. On parle de la sagesse d’un corps féminin qui sait enfanter, et d’un bébé qui sait instinctivement se mettre au monde. Michel Odent le décrit merveilleusement bien dans ses nombreux livres, dont « Le bébé est un mammifère » où il compare le processus d’accouchement d’une femme à celui des différents mammifères et explique de manière simple comment favoriser une naissance douce et naturelle. Ses écrits devraient se trouver entre toutes les mains; des mères, des accompagnant.e.s, des familles, mais aussi des professionnel.le.s gravitant autour du monde des Naissances.

Tour d’horizon en Belgique

Sachez qu’en Belgique, les femmes ont le droit de choisir le lieu où elles souhaitent accoucher. C’est un droit et ça me questionne de devoir le préciser. En fonction de ce que vous souhaitez, pour vous, pour votre bébé, vous allez avoir plusieurs cheminements possibles :

  • Enfanter dans une structure hospitalière ;
  • Enfanter au sein d’un gîte intrahospitalier ;
  • En maison de naissance ;
  • Accouchement à domicile ;
  • Naissance non assistée.

Selon le lieu d’accouchement choisi, il peut y avoir quelques différences en termes de critères d’admission, de protocoles médicaux, de prix, d’attention et de posture du personnel soignant, de durée de l’accouchement, de risques et d’acceptabilité sociale.

1. L’hôpital

 

Si vous optez pour une structure hospitalière pour la naissance de votre enfant, prenez le temps d’explorer toutes les options. Il est important de considérer différents critères tels que l’emplacement de la maternité (jusqu’à quelle distance êtes-vous prêts à aller ?), sa réputation, la possibilité d’accoucher avec la sage-femme de votre choix (On parle alors d’une naissance en plateau technique), la possibilité d’être accompagné par une Doula, la disponibilité d’une baignoire pour l’accouchement, les efforts mis en place par l’équipe pour favoriser une naissance physiologique, les protocoles médicaux et la souplesse des équipes quant à votre plan de naissance, etc. N’hésitez pas à prendre rendez-vous, poser vos questions et rechercher la meilleure option. La plupart du temps, accoucher à l’hôpital ne génère que peu de frais, sauf si vous optez pour une chambre individuelle (et même dans ce cas, l’assurance complémentaire peut couvrir les coûts). Cependant, il est important de noter que choisir une naissance à l’hôpital signifie aussi accepter certains protocoles qui peuvent affecter votre expérience de naissance et mener à un degré de médicalisation dépendant du professionnel qui vous accompagne ou du manque de personnel.

2. Le gîte intrahospitalier

 

Une alternative moins médicalisée est le gîte intrahospitalier, qui combine les avantages d’une maison de naissance et d’une salle d’accouchement classique. Le premier projet de ce type a vu le jour à l’hôpital Erasme, à Anderlecht. Aujourd’hui, il existe d’autres options telles que Physalis au CHU Brugmann et le Nid à Sainte Elisabeth, à Namur. Dans ces lieux, les femmes et les couples reçoivent un suivi global tout au long de la naissance, avec une sage-femme attitrée qui crée un lien de confiance. Bien que ces gîtes se trouvent dans un environnement hospitalier avec la salle de naissance à proximité, les couleurs, les matériaux et la décoration ont été soigneusement choisis pour créer une atmosphère chaleureuse et accueillante. Les critères d’admission sont similaires à ceux d’une maison de naissance ou d’un accouchement à domicile, avec une grossesse normale, une maman et un bébé en bonne santé, pas d’antécédents particuliers, un bébé tête en bas et une grossesse menée jusqu’à 37 semaines minimum et 42 semaines maximum.

3. Maison de naissance

 

Si vous préférez une naissance respectée et physiologique, sans médicalisation, la maison de naissance peut être une option plus appropriée. Il s’agit essentiellement d’accoucher à domicile, mais pas chez vous. Vous pourriez ne pas vous sentir à l’aise d’accoucher chez vous pour différentes raisons, comme le manque d’espace, des considérations logistiques ou des voisins. Les maisons de naissance offrent la possibilité d’enfanter dans le confort d’une véritable maison, conçue spécialement pour accueillir les mamans, les couples et les familles. Les consultations, les préparations à la naissance et les accouchements se déroulent dans ces lieux. Les chambres sont chaleureuses et confortables, avec une décoration soigneusement pensée. Il n’y a pas de signe de médicalisation, tout le matériel est caché, on peut marcher pieds nus ou en chaussettes, et il y a des couvertures et des plaids pour recréer une ambiance cosy. Le gros avantage d’un accompagnement en maison de naissance est de retrouver les mêmes sage-femmes qui vous ont suivie depuis le début de votre grossesse, avec lesquelles vous avez établi une relation de confiance. Ces sage-femmes sont pleinement présentes lors de la naissance, sans avoir à s’occuper d’autres parents. Elles alterneront entre présence et absence selon vos besoins. En plus, elles peuvent offrir des massages aux huiles essentielles, du soutien homéopathique, des fleurs de Bach, de la réflexologie, une approche énergétique ou posturale, etc. En termes de budget, le coût tourne autour de 600 euros (pouvant être remboursés par une assurance hospitalisation), avec un premier paiement à l’ouverture du dossier et un second vers les 36 semaines de grossesse.

En Belgique, vous avez plusieurs options de maisons de naissance, comme le projet Pass-ages à Forest, l’Arche de Noé à Namur (où j’ai mis au monde mon deuxième enfant), La Bulle à Feluy portée par Melyssa et Mélanie, et Eclore, une toute nouvelle maison de naissance située à Braine l’Alleud et portée par Stéphanie. Il y a également Clinisoin à La Louvière. Ces endroits offrent une expérience quantique et profondément humaine de la naissance, en veillant au confort et au respect des souhaits des parents.

4. Naissance à domicile, avec ou sans suivi

 

Pour celles qui se sentent appelées par une naissance intime, au cœur de leur foyer, deux options sont envisageables : L’accouchement à domicile, accompagné par une sage-femme principale et une sage-femme secondaire ou un enfantement autonome (ou ANA, pour accouchement non assisté).

Dans le cadre d’une naissance à domicile, le premier défi sera généralement de trouver une sage-femme pratiquant dans leur région. Si à proximité de la capitale le choix est présent (Amala Naissance, Zwanger in Brussel, Baby Nova, Au fil de la Naissance, Eclore..) force est de constater que certaines régions n’ont aucune gardienne des naissances pour accompagner les femmes dans leur pleine puissance.

Dans la paisible Bruxelles, différents centres offrent leur espace pour ces heureux événements. Des noms tels qu’Amala Espace Naissance, Zwanger in Brussel, Baby Nova, Au Fil de la Naissance et Eclore guident les familles vers une expérience intime et mémorable.Et pourquoi ne pas inviter une doula à rejoindre cette danse sacrée ? Elle peut être là pour vous accompagner pendant votre grossesse, vous soutenir après la naissance, et être à vos côtés pendant le travail. Une amie bienveillante aux côtés de votre sage-femme, prête à illuminer votre chemin vers la naissance.

Et si vous vous sentez appelée par la voie de l’accouchement autonome, libre de tout dogme et souvent jugé dans notre société, sachez que vous avez le droit de choisir cette voie peu empruntée. En France, cela soulève des débats passionnés et est souvent mal perçu par le système. Mais votre désir d’accoucher à la maison est votre droit sacré, et si cela ne vous semble pas possible ou confortable chez vous, vous avez la liberté de choisir un autre lieu. Une yourte peut devenir votre petit nid d’amour ou peut-être préférez-vous être entourée de votre famille, dans l’énergie chaleureuse de votre foyer. Lorsque nous sommes rentrés du Pérou, nous nous sommes posé la question d’accoucher chez ma maman, qui nous avait gracieusement offert son foyer pendant que nous cherchions un endroit où nous installer. Mais finalement, nous avons opté pour une Maison de Naissance. Et, chers auditeurs, je vous promets de vous raconter ces belles aventures lors de notre prochain épisode de podcast !

Je pense qu’il est important de prendre cette décision en conscience, après avoir réfléchi à ce que vous souhaitez réellement pour vous-même et votre bébé. Il est essentiel de peser le pour et le contre de chaque option, de considérer les avantages et les risques, ainsi que l’impact que cela peut avoir sur votre expérience de la naissance, votre santé et celle de votre bébé.

Lorsque l’on parle de grossesse, on pense souvent au chemin tout tracé proposé par le milieu médical. Mais une grossesse ne se résume pas à une liste de rendez-vous et d’examens à cocher. C’est bien plus que cela. Derrière chaque action, chaque examen, chaque rendez-vous, il y a quelque chose de profond qui se passe. C’est là toute la beauté et la puissance de la grossesse. Il y a une dimension spirituelle et quantique qui est réelle et prouvée. Une grossesse n’est pas une maladie, ni un état à risques, mais un processus de création de la vie.

Votre corps sait, les femmes savent créer et mettre au monde la vie. Il y a tout un processus qui s’installe et qui apporte des changements physiques, psychiques et émotionnels. Cela a également un impact sur la dynamique familiale, l’organisation quotidienne et le couple. Tout cela est extrêmement important.

Je vous invite à prendre le temps de vous poser les questions suivantes : « Qu’est-ce que cela signifie pour moi d’avoir un enfant ? », « Qu’est-ce que cela signifie pour moi d’être enceinte ? », « Quelles sont mes véritables envies et ressentis intérieurs ? », et « Qu’est-ce qui m’anime ? ». Écoutez-vous, au lieu de vous conformer aux modèles sociaux ou aux recommandations médicales.

En fin de compte, je vous encourage à prendre ce temps précieux pour réfléchir à vos besoins, à vos croyances et à votre vision de la grossesse et de la naissance. Rappelez-vous également que le choix que vous faites au début de votre grossesse concernant le suivi et l’accouchement n’est jamais définitif. Il peut évoluer, et c’est tout à fait normal. Vous avez le droit de vous informer, de questionner et de changer d’avis en fonction de votre expérience et de vos besoins.

Il est important de prendre le temps de considérer toutes les possibilités et de choisir la meilleure option pour vous. Que vous optiez pour un environnement hospitalier ou pour une maison de naissance, l’essentiel est que vous vous sentiez en confiance et en sécurité tout au long de cette expérience unique.

Laissez votre esprit s’élever vers le spirituel, laissez votre cœur guider votre chemin vers une naissance sacrée.

Vous aimerez également…

40 semaines pour naître

40 semaines pour naître

A toi, qui me lit, le cœur plein d'un amour naissant et le ventre rond d'un enfant à venir. Je vais te dire un secret...